Liste à jouer

« Le 14ème arrondissement possède sa langue et sa culture »

Exploration musicale

En prenant connaissance du documentaire intitulé « Plaisance un quartier plein d’adjectifs », je marque une pause au bout de quelques secondes ayant reconnu les accords chéris de Georges Brassens : ma journée s’ouvre alors sur une parenthèse musicale dédiée à la recherche ardente de chansons faisant référence à tout ou partie de notre arrondissement.

Renaud, Brassens, Higelin, Laforet…

Ma chanson coup de coeur est « Le blues de la porte d’Orléans » de Renaud que je trouve particulièrement drôle et qui décrit de manière juste ce que j’expérimente depuis que je suis une quatorzienne à plein temps !

Je vous souhaite une délicieuse pause musicale et si, par chance, vous avez d’autres titres-références à partager, je me ferai un plaisir de compléter cette « playlist » pour les prochains lecteurs !

Suivez “À dos d’Anne” sur Facebook et Instagram !

‘Le 14ème arrondissement
C’est mon quartier d’puis 25 berges
C’est dans ses rues que j’passe mon temps
Dans ses bistrots que je gamberge
Quand je m’balade au long d’ses rues
J’peux pas oublier qu’autrefois
Vercingétorix s’est battu
Tout près du métro Alésia »
« Le Parc Montsouris c’est le domaine
Où je promène mes anomalies
Où j’me décrasse les antennes
Des mesquineries de la vie »
« J’étais alors en train de suer sang et eau,
Entre la rue Didot et la rue de Vanves,
De m’user les phalanges
Sur un chouette accord du père Django,
Entre la rue de Vanves et la rue Didot. »
« Je dirai : Voila !
C’est moi le petit point
Que vous regardez d’en haut le matin »
Dans tout cimetière d’quelque importance
J’ai ma petite concession
De l’humble tertre au mausolée
Avec toujours quelqu’un dedans
J’ai des p’tits bosses plein les allées
Et je suis triste, cependant
Car je n’en ai pas, et ça m’agace
Et ça défrise mon blason
Au cimetière du Montparnasse
À quatre pas de ma maison
À quatre pas de ma maison
« Maine-Montparnasse, Rio de Janeiro
Je joue à pile ou face mon dernier cruzeiro
La gare est pleine de pigeons voyageurs
L’horloge traîne le fardeau de mes heures »
Crédit photo Marius Masalar via Unsplash

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :